Roman Lespinasse qui est musicien, chef de chœur, compositeur et arrangeur a découvert la musique classique très tôt, à l’âge de cinq ans. Il est tombé amoureux de Mozart, puis de Beethoven. Rien dans sa famille ne le prédisposait à la musique. Né dans la terre de Savoie, plus précisément dans le village des Marches, dans la combe de Savoie, il garde un souvenir fabuleux de l’art de vivre qui se dégage de ses moments passés là-bas.

En Chartreuse, il apprécie particulièrement  outre la liqueur, et ses autres gourmandises naturelles comme les champignons, les paysages qui sont d’une beauté incroyable, à couper le souffle.

Il a trouvé en Isère  où il habite, une tranquillité de vie très agréable pour sa vie familiale. Bien intégré dans son travail de professeur, il continue ses recherches musicales dans différents domaines tout en étant un bon sportif attaché à son club de tennis de Pont de Beauvoisin.

Il apprécie particulièrement la chorale de Saint-Christophe qu’il dirige avec brio et à qui il a fait faire en peu de temps des progrès fulgurants :

« J’aime mes chanteurs, ils sont toujours de bonne humeur, malgré les problèmes liés à la pandémie. Ils  sont très attachants et très accueillants. C’est un vrai plaisir de travailler avec eux et de préparer des concerts qu’on espère pouvoir enfin donner !  D’autant qu’ils sont sensibles à la spiritualité qu’on retrouve dans la musique et qu’ils ont envie comme moi de partager»

« Je suis très heureux de participer à ce spectacle Mandrin Secret. L’idée des chevaux est excellente, de même jouer en plein air dans ce lieu magnifique m’enchante. D’autant que je suis fasciné par  les idées de Mandrin qui a développé une pensée iconoclaste et à contre courant.  Ce qu’ont fait aussi tous les compositeurs que j’aime : Mozart, Beethoven, et même Rameau qui, dans sa musique savante prend plaisir à  introduire des thèmes de danse populaire et même complètement exotiques  dans son opéra-ballet Les Indes Galantes. ! »

«  J’ai beaucoup étudié le contrepoint de Bach, l’élégance de Mozart, la virilité de Beethoven. Mais aussi les musiques françaises  Couperin, Saint-Saëns, Debussy, Ravel, Fauré. L’âme russe de Tchaïkovski, les géants du jazz (Coltrane, Parker, Duke Ellington, Petrucciani). La finesse des musiciens anglais (Pink Floyd, Radiohead). Si bien que mes goûts me rendent proche de cette recherche de musique savante et populaire chère à Rameau que l’on trouve bien exprimée dans sa Danse des Autochtones, proches de la nature, qu’on va retrouver dans la Danse des Mandrins que je suis en train de composer ! »